histoire d'une forteresse volante abbattue à Saint-Colomban, près de Nantes, le 4 juillet 1943
PAGE ACCUEIL
résumé historique
MEMORIAL DE BESSON
1943 - 2004
3,4,5 juillet 2004
revue de presse
HISTOIRE DU B17
N° 42-5053
briefing
crash 4 juillet 1943
à St-Colomban
Un Focke Wulf dans
le lac de grand-lieu
EQUIPAGE DU B17
10 jeunes
Etats-Uniens
fiche technique b17
TEMOIGNAGES
compatriotes
évasion du navigateur
évasion du pilote
familles de
l'équipage
REMERCIEMENTS
participants bénévoles
AVIS DE RECHERCHE
familles aux USA
rapport
Général Audibert


Résistant - Déporté
1874 ___ 1955

Source Ouest-France 31 juillet 2009 - entretien avec Jean Aulanier, petit fils du général

château de l'Oiselinière,classé monument historique, à Gorges près de Clisson (44)Né en 1874, l'illustre ancêtre entrera dans la carrière militaire par l'Ecole de Saint-Cyr, membre de l'état-major de Foch en 14-18. Il sera blessé en mars 1918 et cité à l'ordre de l'armée. Il sera ensuite professeur à l'école supérieure de guerre et y aura pour élève le général américain Patton puis il deviendra général, commandant la 3ème division de cavalerie à Paris.

Admis à la retraite, le général s'installe à l'Oiselinière à Gorges (44), patrie de son épouse. En mai 1943, alors qu'il a 69 ans, on vient le chercher pour prendre le commandement de la Résistance départementale. Un peu comme pendant la révolution, en Vendée, les gens du terroir sont venus pousser les chefs militaires à prendre leur tête.

Il devient ensuite responsable de l'Armée secrète pour le Grand Ouest et travaille à l'unification des mouvements de résistance.

Le général Audibert est arrêté par la Gestapo à Malestroit, le 17 mars 1944. Torturé, il refuse de parler, devenant amnésique et sourd d'une oreille. Déporté à Buchenwald, il sera libéré par l'armée amécicaine de...Général Patton

stèle à LA CHEVROLIERE (Tournebride) Madame Audibert sera aussi arrêtée et mourra au camp de Ravensbruck, prenant la place d'une jeune fille de 18 ans qui devait être gazée.

En octobre 1945, le Général Audibert est élu député mais prendra sa retraite en juin 1946.

Homme de progrès et d'avenir, le Général Audibert sera amené à rencontrer Adenauer pour jeter les premières idées de la construction européenne...Et pour le vignoble nantais, il a été parmi les précurseurs à se battre pour la promotion du muscadet, et revendiquer l' A.O.C. (Appellation d'Origine Contrôlée)



plaque commémorative à l'Oiselinière, à Gorges

Pont Général Audibert traversant la Loire à Nantes (bras de la Madeleine)

rue Général Audibert à GORGES (44)