histoire d'une forteresse volante abbattue à Saint-Colomban, près de Nantes, le 4 juillet 1943
PAGE ACCUEIL
résumé historique
MEMORIAL DE BESSON
1943 - 2004
3,4,5 juillet 2004
revue de presse
HISTOIRE DU B17
N° 42-5053
briefing
crash 4 juillet 1943
à St-Colomban
Un Focke Wulf dans
le lac de grand-lieu
EQUIPAGE DU B17
10 jeunes
Etats-Uniens
fiche technique b17
TEMOIGNAGES
compatriotes
évasion du navigateur
évasion du pilote
familles de
l'équipage
REMERCIEMENTS
participants bénévoles
AVIS DE RECHERCHE
familles aux USA
rapport
TEMOIGNAGES Ralph D. McKee (son évasion)


Lieutenant Ralph McKee, Londres, juin 1943Ralph McKee, navigateur
sur le b17 N°42-5053

"En 1958, j'ai fini par écrire cette histoire toujours présente dans ma mémoire."

Traduction réalisée par Corinne Pouvreau et David Grant

1. Perte d'un moteur


Le 305ème groupe de bombardement tournait autour du point initial et se dirigeait vers le lieu du bombardement. C'était le 4 juillet 1943. La cible était un aérodrome allemand(1) dans la banlieue de Nantes, France.
Le travail du navigateur était terminé pour le moment. Je décrochai la mitrailleuse calibre 502 (2) qui était montée au-dessus de ma table de travail et scrutai le ciel bleu. Seule une poignée de Me-1093 (3) venait pour défier les bombardiers et ils n'étaient pas agressifs ce jour là.
Dans le nez en plexiglass, le bombardier avait incliné le viseur de bombardement, centrant la croix sur la cible. Quelques nuages de poudre provenant d'explosion de la flak (4) étaient devant la formation. Le pilote avait nettement ajusté son vol. Les trappes de la soute à bombes étaient à ce moment-là ouvertes. Dans une minute, des tonnes de bombes allaient pleuvoir sur l'objectif. Le ciel lumineux de l'été allait se noircir d'un déluge de mort et de destruction.
Il restait quelques secondes avant le largage des bombes. La formation semblait immobile, attendant patiemment. Soudain la Forteresse Volante vibra(5), hésita et décrocha petit à petit de la formation. Une pièce de flak avait dû toucher un turbocompresseur, causant la perte de puissance d'un des moteurs (6). Là-haut, dans le poste de pilotage, Bill Wetzel et Chuck Cockrell, le pilote et le copilote, augmentaient la puissance des moteurs restant en état. " Bombes larguées ", " trappes de soute en cours de fermeture ". La formation commença une légère rotation vers l'ouest qui devait nous ramener au-dessus du Golf de Gascogne et à la base. Notre forteresse continuait à chuter hors de la formation et perdait de l'altitude. Un des autres moteurs devait être endommagé. La situation n'était pas bonne, mais j'avais connu pire et nous nous en étions sortis. Beaucoup de Forteresses étaient revenues avec difficulté avec un, voire deux moteurs coupés.
Subitement nous n'étions plus seuls. Les chasseurs allemands attendaient un retardataire. Maintenant ils venaient pour la mise à mort. Les traçantes filaient autour de nous. Les obus perforaient le revêtement de la Forteresse. Celle-ci vibrait du recul créé par les mitrailleurs combattant sauvagement. Les chasseurs attaquaient encore et encore. Un des mitrailleurs cria avec jubilation " j'en ai eu un. Il est en feu "(7). Mais les chasseurs avaient tué la Forteresse. Un des moteurs brûlait violemment et il y avait un incendie à proximité de la soute à bombe.
Le pilote sonna le signal d'évacuation sur le système d'alarme d'urgence. Je ne pesai pas, sa décision. La forteresse ne pouvait pas tenir entière plus de quelques minutes. Je vérifiai à nouveau le sac à parachute ventral. C'est à ce moment-là que je notai pour la première fois des coupures sur une de mes mains, causées par l'explosion d'un obus ennemi. Juste au-delà de l'aile gauche, un des chasseurs victorieux volait avec son train d'atterrissage en position basse, surveillant sa proie. Défaisant le masque à oxygène, je reculai vers la trappe d'évacuation. La trappe était déjà éjectée. Avec ma main droite sur la corde d'ouverture, je dégringolai dehors.

(1) Aérodrome de Château-Bougon. Aujourd'hui aéroport de Nantes Atlantique à Bouguenais.
(2) 50/100 de pouce soit 12.7 mm
(3) En réalité, des chasseurs Allemands Focke-Wulf 190.
(4) Flak en allemand (Flieger Abwehr Kanone) ou DCA en français (Défense Contre Avion) ou AAA en anglais (Anti Aircraft Artillery)
(5) Bombardier quadrimoteur Boeing B17 "Flying Fortress"
(6) Moteur en étoile Wright "Cyclone" R1820-97 développant 1200 chevaux avec un turbocompresseur par moteur
(7) On peut supposer que le mitrailleur venait de toucher le chasseur allemand tombé dans le lac de Grand-lieu - voir page "Un Focke Wulf dans le lac de Grand Lieu"

[Haut] [Suite]

Page 1 à 11

1. Perte d'un moteur
2. Saut en parachute
3. Deux français
4. A la ferme Loterie
5. Près du lac
6. A Basse-Indre
7. En train
8. En Bus
9. Frontière espagnole
10.En prison
11.L'Angleterre
histoire de Ralph McKee, parue dans ce livre édité par John Craven

Ralph D McKee video, Interview, The National WWII Museum (2013)

Biographie de Ralph McKee